Collecte de données,
réflexion sur les soins de santé 

Tous les points de service du système sont surchargés par les soins de santé liés à la pandémie. Et certains aspects – des personnes, en particulier – en souffrent plus que d’autres. 

 

Mais il est parfois difficile de savoir exactement qui est touché, pourquoi et comment… et c’est là que la collecte et l’examen de données s’avèrent utiles. 

Aideen Reynolds est superviseure, Approche en matière de santé de la population à Santé publique Ottawa. 

Image by Agence Olloweb

«  La collecte de renseignements sociodémographiques auprès des clients nous aide à comprendre qui nous rejoignons avec nos programmes et nos services. Et, plus important encore, qui nous ne rejoignons PAS  »

- Aideen Reynolds

« Santé publique Ottawa a recueilli des données sociodémographiques, par exemple des données sur l’identité raciale des personnes ayant eu un résultat positif à un test de dépistage de la COVID-19 », explique-t-elle. 

Comme le souligne le rapport La COVID19 et l’identité raciale à Ottawa, « l’examen de ces données au début de la pandémie a mis en évidence des inégalités et des obstacles structurels et systémiques qui existaient déjà avant l’apparition de la COVID19. Par exemple, nous avons constaté une surreprésentation des personnes racialisées ou immigrantes. Ces communautés ne sont pas plus sujettes à la COVID19, mais les réalités sociales sous-jacentes, comme le racisme systémique, les obstacles à l’information et aux services de santé ou la proportion d’emplois sans congés de maladie payés, ont contribué à exposer ces personnes à la COVID19. Bien que des solutions à long terme soient nécessaires pour réduire les obstacles aux services de santé et aux services sociaux, ces données nous ont permis d’accroître la sensibilisation des groupes en question et d’adapter les messages à la culture afin de réduire la transmission de la COVID-19. » 

Checking a Tablet

L’ESOOHT souhaite renforcer les capacités de collecte et d’utilisation de ce type de données à plus grande échelle afin de trouver les lacunes dans la prestation et l’obtention de soins. En septembre, elle a réuni un groupe de partenaires pour étudier quel type de données est déjà collecté et selon quelle méthode. 

 

« La collecte de renseignements sociodémographiques auprès des clients nous aide à comprendre qui nous rejoignons avec nos programmes et nos services. Et, plus important encore, qui nous ne rejoignons PAS, fait valoir Aideen Reynolds. Ces informations peuvent nous indiquer où nous devons mobiliser les communautés, améliorer la sensibilisation et entrer en contact avec les personnes qui pourraient avoir besoin de services mais qui n’y ont pas accès en raison des inégalités ou des obstacles qu’elles rencontrent dans leur vie. » 

 

Des obstacles se dressent également du côté des fournisseurs : il faut des systèmes sûrs pour collecter et stocker ces informations, il y a un risque d’incompatibilité des logiciels de transfert de données, et les ressources peuvent manquer. On s’attend également à rencontrer des défis plus personnels. 

 

« Nous avons entendu beaucoup d’inquiétude ou de malaise à l’idée de demander ces renseignements. Le personnel de première ligne ne comprend pas nécessairement les objectifs : pourquoi on demande ces informations aux clients, à quoi elles serviront, et où est la pertinence ou l’avantage pour les clients. Il y a également un malaise perçu ou réel de la part des clients à fournir ces informations. Il reste donc du travail à faire des deux côtés pour créer une culture de sécurité, afin qu’il soit aisé de demander et de fournir ces informations. » 

Aideen Reynolds, superviseure, Approche en matière de santé de la population à Santé publique Ottawa. 

La communication avec les intervenants et les clients constituera une grande partie du mandat du groupe de travail sur la mesure du rendement au moment de commencer à recueillir des renseignements et des faits vécus pour éclairer son travail. Dans une perspective d’amélioration de la qualité, l’une des premières grandes initiatives du groupe se basera sur les besoins et la situation actuelle des partenaires de l’ESOOHT, afin de développer la capacité de ces partenaires à utiliser les données sociodémographiques pour orienter la prestation de soins. 

Nos partenaires en apprendront davantage sur cette initiative visant à accroître la capacité de collecte de données sociodémographiques plus tard cet automne, lorsque les activités de consultation du projet s’amorceront. 

Charte pour l’équité en santé –

Équipe Santé Ottawa – Ottawa Health Team 

L’Équipe Santé Ottawa – Ottawa Health Team vise un système de santé repensé, qui favorise la santé et le bien-être de la population et la soutient au sein de la communauté. La Charte pour l’équité en santé encouragera le partage des responsabilités pour promouvoir l’équité en matière de santé comme fondement de la transformation du système. Pour éliminer les iniquités et l’oppression, il faut examiner les structures, les politiques et les programmes, puis faire le nécessaire pour rendre les systèmes justes et équitables pour tous. 

La Charte pour l’équité en santé est l’un des documents fondamentaux de l’Équipe Santé Ottawa – Ottawa Health Team, et tous ses partenaires doivent y adhérer.